Consultant(e) national (e) pour réaliser une analyse genre dans les secteurs prioritaires de la Contribution Déterminée à l’échelle Nationale (CDN) en République Démocratique du Congo (RDC)

Contexte et mission :

 

Sous la supervision générale du Team Leader de l’Unité Croissance Inclusive et Développement Durable (CIDD), en étroite coordination avec le Coordonnateur du Pilier CIDD avec l’appui de l’analyste au programme du PNUD en charge de la composante « Changements climatiques et Economie Verte » (CCEV), et sous la supervision de la Direction de Développement Durable et de la Coordination du Projet CDN.

 

Le (la) Consultant(e) sera chargé(e) de :

  1. Effectuer une analyse des dynamiques du genre dans les quatre secteurs prioritaires de la CDN (agriculture, forêt, énergie et déchets) et faire ressortir la situation différenciée des femmes et des hommes . L’analyse mettra en exergue, sans être limitative :   les rôles, responsabilités et répartition des tâches relatifs au genre dans les quatre secteurs prioritaires ainsi que leurs incidences sur les changements climatiques ; les perceptions communautaires dans ces secteurs qui induisent les disparités entre les hommes et les femmes ; l’accès et le contrôle des ressources y afférentes ; l’accès à la connaissance et à l’acquisition des capacités et des opportunités dans ces secteurs, les cadres juridiques formel et informel relatifs à ces secteurs ayant une incidence sur le rapport de genre, le pouvoir décisionnel ainsi que les vulnérabilités et les barrières spécifiques aux hommes et aux femmes. Le processus d’analyse devrait faire en sorte qu’il y ait des consultations multipartites, tenant compte des perspectives des associations/groupes féminines, (entrevues, sondages, séances de travail, etc.), y compris un atelier national de validation.  

 

  1. Faire une analyse de l’alignement des politiques sectorielles (agriculture, énergie, forêt et déchets) au niveau national et provincial sur les instruments juridiques et stratégiques nationaux et internationaux relatifs à l’égalité de genre.   Effectuer une analyse de l’intégration des composantes genres dans les instruments de planification, tels que PANA, PNA, NAMAs, REDD+, système MRV, ainsi que des cadres nationaux de rapports, y compris les communications nationales. Conduire une évaluation du niveau d’intégration du genre dans l’action climatique (instruments d’atténuation et d’adaptation) dans les secteurs clés de la forêt, de l’énergie, de l’agriculture, des déchets, des risques de catastrophe et des services climatiques pour déterminer comment ils sont alignés avec les CDN en vue d’une mise en œuvre efficace. En outre, l’analyse devrait inclure une identification des actions spécifiques et pertinentes, et identifier les lacunes qui existent et des facteurs existants qui présentement renforcent l’inégalité des sexes. Une analyse du niveau de prise en compte de la politique ou la stratégie nationale d’intégration de l’équité et de l’égalité entre les sexes et l’Agenda 2030 (ODD) dans les cadres juridiques, les politiques et institutions actuels des changements climatiques dans les secteurs clés (forêts, agriculture, énergie et déchets). Montrant le lien entre le niveau de prise en compte des politiques/stratégies et le défi de développement et tenant compte du fait que les femmes et les hommes ne forment pas un groupe homogène et que les relations entre les sexes recoupent de nombreuses catégories d’identités sociales. Une évaluation des capacités techniques du personnel et des intervenants clés pour intégrer le genre dans la planification, la mise en œuvre, le suivi, l’évaluation et la production de rapports.

 

C) Proposer des solutions concrètes pour transformer les défis des changements climatiques en opportunités pour les femmes dans les quatre secteurs prioritaires de la CDN (agriculture, énergie, forêt et déchets) et promouvoir le leadership des femmes dans ces secteurs. Le changement climatique nécessitera aussi un plus grand capital initial pour les investissements, des actifs et des pratiques qui résistent au climat, avec pour résultat d’amplifier les limitations existantes auxquelles les femmes font face en termes d’accès au financement, à ce niveau, il faudrait identifier un certain nombre d’actions pour permettre aux femmes de bénéficier des opportunités que peuvent présenter la réponse aux changements climatiques dans les secteurs ciblés. Proposer des recommandations et des possibilités de combler les facteurs existants qui renforcent l’inégalité des sexes et les lacunes identifiées qui aideront à mettre en œuvre les activités liées au genre dans la CDN.

 

d) Développer pour chaque secteur (agriculture, énergie, forêt et déchets) des cibles en matière d’intégration du genre, ainsi qu’un ensemble des critères et d’indicateurs permettant de suivre et d’évaluer la prise en compte du genre. Le système de collecte des données pertinentes permettrait de recueillir des informations à jour sur les questions de genre des secteurs ciblés par la CDN, au niveau institutionnel ainsi que sur terrain. La définition des objectifs réalistes permettrait d’identifier la situation de départ, de suivre les progrès de tirer des évidences de l’impact des politiques mises en œuvre dans le cadre de la CDN sur l’égalité homme femme dans les secteurs identifiés. Ceci va faciliter une analyse plus approfondie et la correction des inégalités structurelles dans les domaines d’atténuation et d’adaptation .  

 

  1. Rédiger le rapport de la mission.

 

Méthodologie de travail

 

La mission sera conduite par un (e) consultant (e) national (e) qui doit adopter une approche participative et inclusive. Il sera question des entretiens et réunions, la collecte des données et des informations sur les études sur le genre avec les autorités locales, les responsables de l’administration publique, les organisations des Peuples Autochtones organisations traditionnelles et religieuses, universitaires, jeunes et les organisations des femmes qui évolue dans les secteurs sensibles aux conditions climatiques ainsi que les organisations de la société civile et le secteur privé.

 

La durée de la mission est de 30 H/J (jours travaillés), répartis sur 60 jours calendaires.

 

Durant la mission, le (a) consultant (e) maintiendra une communication optimale avec la Direction de Développement Durable, l’Analyste au programme du PNUD et la coordination du Projet CDN, tous basés à Kinshasa à travers des comptes rendus réguliers succincts, au minimum une fois par semaine.  

 

Arrangement de mise en œuvre :

 

Le travail du consultant sera facilité par l’équipe de gestion du Projet CDN et sous la supervision de l’analyste au programme du bureau-Pays du PNUD en RDC en charge de l’Environnement et le Directeur du Développement Durable au Ministère en Charge de l’Environnement. L’équipe assurera la coordination, l’organisation et la gestion du processus, y compris la liaison avec les partenaires, l’appui technique et la fourniture de la documentation et des commentaires pertinents au consultant.

Sous la supervision générale du Team Leader de l’Unité Croissance Inclusive et Développement Durable (CIDD), en étroite coordination avec le Coordonnateur du Pilier CIDD avec l’appui de l’analyste au programme du PNUD en charge de la composante « Changements climatiques et Economie Verte » (CCEV), et sous la supervision de la Direction de Développement Durable et de la Coordination du Projet CDN.

 

Le (la) Consultant(e) sera chargé(e) de :

  1. Effectuer une analyse des dynamiques du genre dans les quatre secteurs prioritaires de la CDN (agriculture, forêt, énergie et déchets) et faire ressortir la situation différenciée des femmes et des hommes . L’analyse mettra en exergue, sans être limitative :   les rôles, responsabilités et répartition des tâches relatifs au genre dans les quatre secteurs prioritaires ainsi que leurs incidences sur les changements climatiques ; les perceptions communautaires dans ces secteurs qui induisent les disparités entre les hommes et les femmes ; l’accès et le contrôle des ressources y afférentes ; l’accès à la connaissance et à l’acquisition des capacités et des opportunités dans ces secteurs, les cadres juridiques formel et informel relatifs à ces secteurs ayant une incidence sur le rapport de genre, le pouvoir décisionnel ainsi que les vulnérabilités et les barrières spécifiques aux hommes et aux femmes. Le processus d’analyse devrait faire en sorte qu’il y ait des consultations multipartites, tenant compte des perspectives des associations/groupes féminines, (entrevues, sondages, séances de travail, etc.), y compris un atelier national de validation.  

 

  1. Faire une analyse de l’alignement des politiques sectorielles (agriculture, énergie, forêt et déchets) au niveau national et provincial sur les instruments juridiques et stratégiques nationaux et internationaux relatifs à l’égalité de genre.   Effectuer une analyse de l’intégration des composantes genres dans les instruments de planification, tels que PANA, PNA, NAMAs, REDD+, système MRV, ainsi que des cadres nationaux de rapports, y compris les communications nationales. Conduire une évaluation du niveau d’intégration du genre dans l’action climatique (instruments d’atténuation et d’adaptation) dans les secteurs clés de la forêt, de l’énergie, de l’agriculture, des déchets, des risques de catastrophe et des services climatiques pour déterminer comment ils sont alignés avec les CDN en vue d’une mise en œuvre efficace. En outre, l’analyse devrait inclure une identification des actions spécifiques et pertinentes, et identifier les lacunes qui existent et des facteurs existants qui présentement renforcent l’inégalité des sexes. Une analyse du niveau de prise en compte de la politique ou la stratégie nationale d’intégration de l’équité et de l’égalité entre les sexes et l’Agenda 2030 (ODD) dans les cadres juridiques, les politiques et institutions actuels des changements climatiques dans les secteurs clés (forêts, agriculture, énergie et déchets). Montrant le lien entre le niveau de prise en compte des politiques/stratégies et le défi de développement et tenant compte du fait que les femmes et les hommes ne forment pas un groupe homogène et que les relations entre les sexes recoupent de nombreuses catégories d’identités sociales. Une évaluation des capacités techniques du personnel et des intervenants clés pour intégrer le genre dans la planification, la mise en œuvre, le suivi, l’évaluation et la production de rapports.

 

C) Proposer des solutions concrètes pour transformer les défis des changements climatiques en opportunités pour les femmes dans les quatre secteurs prioritaires de la CDN (agriculture, énergie, forêt et déchets) et promouvoir le leadership des femmes dans ces secteurs. Le changement climatique nécessitera aussi un plus grand capital initial pour les investissements, des actifs et des pratiques qui résistent au climat, avec pour résultat d’amplifier les limitations existantes auxquelles les femmes font face en termes d’accès au financement, à ce niveau, il faudrait identifier un certain nombre d’actions pour permettre aux femmes de bénéficier des opportunités que peuvent présenter la réponse aux changements climatiques dans les secteurs ciblés. Proposer des recommandations et des possibilités de combler les facteurs existants qui renforcent l’inégalité des sexes et les lacunes identifiées qui aideront à mettre en œuvre les activités liées au genre dans la CDN.

 

d) Développer pour chaque secteur (agriculture, énergie, forêt et déchets) des cibles en matière d’intégration du genre, ainsi qu’un ensemble des critères et d’indicateurs permettant de suivre et d’évaluer la prise en compte du genre. Le système de collecte des données pertinentes permettrait de recueillir des informations à jour sur les questions de genre des secteurs ciblés par la CDN, au niveau institutionnel ainsi que sur terrain. La définition des objectifs réalistes permettrait d’identifier la situation de départ, de suivre les progrès de tirer des évidences de l’impact des politiques mises en œuvre dans le cadre de la CDN sur l’égalité homme femme dans les secteurs identifiés. Ceci va faciliter une analyse plus approfondie et la correction des inégalités structurelles dans les domaines d’atténuation et d’adaptation .  

 

  1. Rédiger le rapport de la mission.

 

Méthodologie de travail

 

La mission sera conduite par un (e) consultant (e) national (e) qui doit adopter une approche participative et inclusive. Il sera question des entretiens et réunions, la collecte des données et des informations sur les études sur le genre avec les autorités locales, les responsables de l’administration publique, les organisations des Peuples Autochtones organisations traditionnelles et religieuses, universitaires, jeunes et les organisations des femmes qui évolue dans les secteurs sensibles aux conditions climatiques ainsi que les organisations de la société civile et le secteur privé.

 

La durée de la mission est de 30 H/J (jours travaillés), répartis sur 60 jours calendaires.

 

Durant la mission, le (a) consultant (e) maintiendra une communication optimale avec la Direction de Développement Durable, l’Analyste au programme du PNUD et la coordination du Projet CDN, tous basés à Kinshasa à travers des comptes rendus réguliers succincts, au minimum une fois par semaine.  

 

Arrangement de mise en œuvre :

 

Le travail du consultant sera facilité par l’équipe de gestion du Projet CDN et sous la supervision de l’analyste au programme du bureau-Pays du PNUD en RDC en charge de l’Environnement et le Directeur du Développement Durable au Ministère en Charge de l’Environnement. L’équipe assurera la coordination, l’organisation et la gestion du processus, y compris la liaison avec les partenaires, l’appui technique et la fourniture de la documentation et des commentaires pertinents au consultant.

Profil recherché :

Compétences Fonctionnelles  :  

  • Excellent membre d'équipe avec de bonnes compétences interpersonnelles ;
  • Capacité à gérer la charge de travail avec un minimum de supervision ;
  • Capacité à travailler sous pression et à respecter des délais serrés ;
  • Aptitude à travailler dans un environnement multiculturel ;
  • Aptitude à communiquer de façon efficace et écrite les informations techniques complexes destinées au public technique et au grand public ;
  • Une planification stratégique solide, une gestion axée sur les résultats et de bonnes capacités de rédaction de rapport ;
  • Sensibilité et adaptabilité sans distinction de genre, de religion, et de race.  

 

Qualifications  :  

Education  :

Master ou plus dans l’un des domaines connexes : genre, changements climatiques, environnement, développement durable, sciences sociales, droits de l’homme ou des qualifications académiques comparables

Expertises et expériences requises  :  

  • Au moins dix (10) années d’expérience professionnelle progressives et pertinentes au niveau national dans l’intégration du genre dans les projets et les politiques de développement ;
  • Expérience substantielle de la recherche et de l’analyse sur l’égalité des sexes et au moins un autre thème connexe, y compris l’atténuation et/ou l’adaptation aux changements climatiques, la CDN, l’environnement et/ou le développement durable ;
  • Expérience dans la réalisation de l’évaluation des besoins en capacités ;
  • Connaissances démontrées des questions relatives à l’égalité des sexes et aux droits des femmes ;
  • Expériences prouvées, dans un pays en développement et de préférence en Afrique Centrale, sur la prise en compte des thématiques transversales dans les politiques publiques.

 

Langues requises:   Une bonne maîtrise du français parlé et écrit.

Présentation entreprise : COOPI (Cooperazione internazionale) est une organisation non-gouvernementale italienne qui travaille depuis 1965 en Afrique, Amérique Latine, Asie et Europe, ayant pour vocation d’apporter une aide humanitaire et…