Consultant pour une étude agraire et de gire (gestion intégrée des ressources en eau)

Consultant pour une étude agraire et de gire (gestion intégrée des ressources en eau)

Lieu

Sud Kivu (Uvira et Kalehe) et Nord Kivu (Masisi, Nyiragongo et Rutshuru)

Description

Le poste

APPEL A CANDIDATURE

RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT POUR UNE ETUDE AGRAIRE ET DE GIRE (GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU)

 

Date de publication 

12 octobre 2021

Code

ZOA - RDC/SK/2021/TRIDE/00 102

Zone d’intervention

Sud Kivu (Uvira et Kalehe) et Nord Kivu (Masisi, Nyiragongo et Rutshuru)

Supervision de l’étude agraire et GIRE

Team Leader et les coordinateurs de programme des partenaires du consortium en coordination avec le responsable de la qualité du programme ZOA RDC

Type du contrat

Consultance

 

Période de l’étude agraire et GIRE

1 novembre 2021-31 décembre 2021

Date limite de soumission du proposition technique et financière de l’évaluation de base

26 octobre 2021

Date limite de soumission du document final (rapport)

31 Décembre 2021

                                                                                          
ZOA, est une organisation Chrétienne fournissant de l’appui humanitaire à des personnes déplacées et victimes de conflits et des désastres, sans discrimination de religion, tribu et position sociale. L’organisation est spécialisée dans le domaine de rétablissement socio-économique, tout en propulsant un environnement propice pour le développement durable et la résilience des communautés ciblées. ZOA emploie environ 850 personnes à travers le monde avec son siège basé au Pays-Bas. 

En RD Congo, ZOA travaille dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Les programmes sont axés sur la stabilisation avec focus thématique – Dialogue Démocratique, Développement socio-économique (Chaines de valeur agricoles, Emploi des jeunes) Résolution des conflits ; Accès à la terre/Foncier, Réhabilitation des infrastructures hydroagricoles avec une Approche sensible aux conflits, au genre et s’appuyant sur le renforcement des institutions et organisations locales.

Le consortium TRIDE, regroupant les organisations ZOA (lead), Agriterra et VNGI, met en œuvre un programme de sécurité alimentaire et de gestion intégrée des ressources en eau nommé "TRIDE" (Transition pour un développement inclusif dans l’Est de la RDC) au Nord et au Sud Kivu.
Ce programme de 48 mois (juillet 2021-juin 2025) vise à atténuer l'insécurité et l'instabilité en favorisant le développement économique local à travers la gestion intégrée des ressources en eau, le développement des chaines de valeur, un meilleur accès à la terre et aux marchés. En plus de la promotion de la bonne gouvernance au niveau local, dans la perspective de traiter les causes profondes des conflits inter-ethniques, les problèmes d'insécurité (groupes armés) et autres formes de tracasseries pour un développement harmonieux et durable de l'économie locale ; les principaux résultats du projet TRIDE sont :

  • Résultat 1 : L'accès à la terre par les petits exploitants est accru, la sécurité d'occupation des petits exploitants est améliorée et les conflits liés à la terre sont réduits.
  • Résultat 2 : La gestion intégrée des ressources en eau est renforcée pour promouvoir des systèmes agricoles résilients au Nord et au Sud-Kivu.
  • Résultat 3 : L'économie locale est revitalisée par des chaînes de valeur inclusives et rentables et le développement de systèmes de marché.

TRIDE s’inscrit dans une approche ascendante qui renforce les capacités des membres de communautés pour plus d'ingéniosité et d'autonomisation. De même, ce projet mettra à l’échelle diverses leçons apprises pendant l’implémentation des projets précédents dans la zone d’intervention ( Sud Kivu : Uvira et Kalehe ; Nord Kivu : Masisi, Rutshuru et Nyiragongo).

Introduction

L'étude "GIRE et perspectives agraires" qui vise à renforcer l'agriculture des petits exploitants, se compose de deux parties à développer en tandem pour une analyse cohérente et des recommandations stratégiques et opérationnelles pour la mise en œuvre du projet TRIDE.
Le projet TRIDE pour la sécurité alimentaire et la gestion intégrée de l'eau doit être placé au centre des processus de développement régional. TRIDE contribue à différents aspects de la problématique agraire en RDC tels que l'accès à la terre, la gestion des terres et de l'eau, les chaînes de valeur agricoles. Pour cela, la réalité agraire doit être connue et comprise. Les cadres politiques et institutionnels qui influencent l’accès à la terre, à l'eau et l'agriculture, ainsi que les pratiques agricoles des petits exploitants sur le terrain. La compréhension de la réalité des systèmes agricoles dans les zones d'intervention comprend une vue d'ensemble de l'histoire, des expériences avec les projets et approches agricoles précédents ainsi qu'un aperçu des tendances et des menaces.

L'étude doit identifier et analyser les politiques nationales, les lois, la réforme agraire (sur le papier comme dans la pratique), y compris la politique de sécurité foncière, les politiques du secteur agricole en relation avec l'agriculture des petits exploitants, en identifiant les opportunités de changement positif entre les petits exploitants et le développement agraire.
L'étude décrit et analyse comment les politiques nationales sont traduites au niveau provincial et quels plans concrets sont en place ou en cours de développement au niveau provincial.

TRIDE est lié aux politiques et aux plans stratégiques au niveau provincial.  Par conséquent, la compréhension du contexte de la crise agraire et du cadre de la réforme agraire est nécessaire pour aligner les interventions de TRIDE sur les plans de développement agraire dans les provinces du Kivu.

La terre et l'eau sont des intrants cruciaux pour les petites exploitations agricoles. Comment la terre et l'eau sont-elles distribuées dans les bassins versants dans les différentes zones d'intervention ? Quelles sont les opportunités et les contraintes dans les plaines pour développer l'agriculture (par exemple, l'irrigation à Ruzizi). Quelles sont les contraintes et opportunités typiques dans les parties supérieures, moyennes et inférieures des bassins versants. Quels sont les problèmes de qualité de l'eau ? Comment la dégradation et les pratiques culturelles dans les différentes parties du bassin versant affectent-elles la durabilité du système ? Comment la variabilité climatique affecte-t-elle la production et les moyens de subsistance ? Quels sont les risques accrus de stress liés au climat (sécheresse, inondations, températures extrêmes) ? Quelles mesures d'atténuation sont disponibles ? Comment l'eau peut-elle être utilisée pour améliorer les moyens de subsistance et la résilience des petits exploitants ? Comment l'eau peut-elle être utilisée pour améliorer les systèmes de production agricole pour le développement économique local ? Quelles solutions fondées sur la nature peuvent être utilisées pour réduire le risque d'inondation et atténuer les effets de la sécheresse ?

Les cours d'eau de montagne ont des débits d'eau variables.  La charge sédimentaire, la dégradation du bassin versant, la déforestation constituent une menace pour la gestion durable de l'eau, des terres et des infrastructures. Les débits de pointe peuvent causer de gros dégâts. On pense qu'avec une technologie appropriée, l'eau peut être capturée, détournée et utilisée par les différents utilisateurs de la région.

Objectifs de l'étude

  • Orienter les interventions de TRIDE dans le développement agraire et la GIRE, la gestion/protection des bassins versants en relation avec les économies des ménages d'agriculteurs, la sécurité alimentaire et le développement agricole local.
  • Formuler des recommandations sur les changements souhaitables de la gouvernance des ressources naturelles dans la zone du programme, recommandations articulées autour du trinôme politique foncière, politique agricole et politique d’environnement ;
  • En tenant compte des particularités de la région étudiée au plan physique, démographique, politique et socio – économique, fournir une explication du rapport dialectique entre les parcs de Virunga et Kahuzi et les populations riveraines;
  • Analyser en profondeur les formes concrètes et spécifiques de l’intégration du Nord Kivu et du Sud Kivu dans la dynamique de la mondialisation des marchés agricoles

Tâches du consultant :

Procéder à un triple diagnostic :

  • Diagnostic du tandem environnement – base productive (foncier, population, système productif) 

La densité de population résulte de la croissance naturelle et de flux migratoires.  Cette densité détermine une pression plus ou moins grande d’utilisation de la terre et de l’environnement. La densité peut aussi entraîner une compétition foncière.  Celle-ci peut elle-même aboutir à des conflits ou à l’instauration d’un marché foncier, l’ensemble affectant les conditions de l’offre agricole ou de la pression sur les ressources de la biodiversité.

Par ailleurs, l’urbanisation peut s’accompagner, d’une spécialisation plus grande des activités économiques permettant aux producteurs agricoles de produire un surplus alimentaire destiné aux populations non agricoles et à l’échange
Seront ainsi analysés :

  • La structure démographique,
  • La répartition spatiale de la population et l’évolution de cette répartition entre population rurale ou urbaine ;
  • Les systèmes de production selon des niveaux d’intensité (typologie selon les rendements et la productivité du travail) ;
  • Les structures de production (typologie des unités de production, tailles).
  • Les rapports de production
  • L’importance et la « rentabilité » de terres et des ressources qu’elles portent

* Diagnostic des prix, marchés et filières des produits agricoles

Le diagnostic sur les prix devra répondre notamment aux questions suivantes :

  • Les niveaux des prix de quelques produits de référence dans les différents territoires,
  • leurs variations inter– annuelles sont-ils suffisamment rémunérateurs?
  • Permettent-ils une relative accumulation ?
  • Quels comportements induisent-ils ?

* Diagnostic « conservation de la nature et économie locale »

Une analyse simpliste établit une relation de cause à effet entre les « expropriations effectuées en vue de la constitution des aires protégées et la pauvreté rurale dans la région. Les populations n’auraient guère d’autres choix que de se rabattre sur les ressources des parcs, ressources que protègent une législation très rigoureuse et restrictive et une pratique administrative extrêmement policière.  Ce qui conduit à un état permanent de conflit entre l’ICCN et la population. Globalement, ce sont les évolutions régressives des données structurelles et divers facteurs politiques, institutionnels et sociaux qui expliquent la pauvreté rurale dans la région.

Il s’agit donc de mesurer l’importance et le rôle économique de la conservation de la biodiversité dans le développement de la zone d’intervention du programme. On cherchera à répondre à la question suivante : quel est l’apport des parcs nationaux de Virunga et de Kahuzi Biega au développement économique du Nord et du Sud Kivu.
Décrire et analyser

  • les zones agro-écologiques de la zone d'intervention de TRIDE : potentiel et limites ;
  • les rapports fonciers de production au double plans des unités de production et des catégories socio-économiques auxquelles appartiennent les diverses unités de production.
  • les processus d’acquisition- transmission des maitrises foncières pour apprécier au profit de qui et au détriment de qui se réalisent les processus de transmission des maitrises foncières.
  • le contexte des traditions d'utilisation des terres et de l'eau dans une perspective historique
  • le cadre national de la réforme agraire : politique foncière, politique agraire, politique économique,  système d'information foncière ;
  • l'importance de l'agriculture dans le développement économique local et plus particulièrement dans l'économie des petits exploitants agricoles ;
  • la dynamique du système agraire et quels sont les moteurs du changement ;
  • les systèmes agricoles et les systèmes de culture ;
  • les catégories de groupes d'agriculteurs socio-économiques. Comprendre la structure et le fonctionnement de leur système agricole ;
  • Les risques socio-économiques des ménages et leurs implications sur les options de développement.
  • L’évolution des pratiques et interaction avec l'environnement ;
  • Le potentiel et perspectives de l'agriculture dans le développement économique local et régional.
  • Le cadre provincial des stratégies et plans de développement rural, politiques locales, (ou en cours d'élaboration) ;
  • Les aspects pertinents des politiques et des plans pour les petits exploitants agricoles,
  • Les Institutions et projets pertinents qui s'alignent sur la réforme agraire ;
  • es facteurs de stress environnemental ?
  • Les tendances / changements de politique / changements en cours dans les institutions ;
  • Les déterminants de la crise agraire pour le secteur des petits exploitants ;
  • les risques dans le processus de développement agraire qui peuvent affecter les résultats positifs de TRIDE.
  • les ressources en eau : qualité, quantité, bilan hydrique dans les zones du projet.
  •  la structure des captages/sous-captages/bassins versants.
  • Les effets des pratiques agricoles sur l'environnement ; érosion/dégradation des terres.
  • Les pratiques d'utilisation des terres/de l'eau et processus de dégradation de l'environnement dans les parties supérieures, moyennes et inférieures des bassins versants ainsi que les possibilités d'atténuation/de développement productif.
  • la politique/ stratégie/ institutions dans la gestion des ressources en eau
  • les développements historiques de l'utilisation de l'eau, planification des ressources en eau, dispositions pour la distribution de l'eau.
  • l'état des connaissances relatives à la variabilité climatique par rapport à la zone du projet ?
  • la planification de l'utilisation de l'eau
  • le potentiel et les perspectives de la GIRE pour le développement économique local et en particulier pour les petits exploitants agricoles.
  • Vue d'ensemble de la conservation des terres, de la restauration des paysages et de la protection (reboisement, etc.).
  • Le résumé d'un bassin versant typique comme exemple de la façon d'aborder la dynamique amont-aval (l'étude de MyA peut être utilisée/ intégrée dans cette étude).

Recommander :

  • Recommandations à TRIDE en relation avec les institutions et les plans de développement en place ou en cours d'élaboration
  • Recommandations à TRIDE en relation avec l'alignement et le soutien des institutions agraires et des plans de développement en place ou en cours de développement.
  • Recommandations pour le développement des capacités des différentes catégories de parties prenantes afin de renforcer le secteur des petits exploitants agricoles.
  • Recommandations pour le développement des capacités afin d'améliorer et de renforcer la GIRE pour le développement économique local des petits exploitants agricoles.

Responsabilités du consultant :

  • Compréhension des TDR, du plan d'action avec la méthodologie, les instruments, la planification du travail, y compris la proposition financière.
  • Rapport de démarrage (correction du plan d'action après avoir été sélectionné)
  • Effectuer la collecte et l'analyse des données
  • Informer ZOA chaque semaine des résultats et des prochaines étapes. 
  • Formuler des recommandations
  • Session de validation. Présenter, discuter et valider les résultats et les recommandations
  • Rapport final comprenant un résumé/ppt avec support audiovisuel pour la présentation
  • Fournir les données brutes (notes d'entretien, ensembles de données) en annexes

Méthodologie

Il s’agit d’une compilation de l'état des lieux et de l'état des connaissances sur la situation agraire et le développement des ressources en eau dans la zone d’intervention du projet. L'étude s'appuie sur les bases de données et les études des projets précédents tels que MyA, FARM, W4V et autres.

L’approche méthodologique sera proposée par le consultant dans sa proposition, puis discutée et validée entre le (la) consultant(e), l’équipe du projet et les partenaires de mise en œuvre du projet avant le début de la collecte de données sur le terrain. Le (la) consultant(e) utilisera différentes techniques de collecte de données : revue documentaire, observation directe, discussions en groupe, interviews avec des informateurs clés. Desk study. Literature review, key expert interviews.

Pour le processus de dégradation et d'érosion, il est recommandé d'utiliser le modèle DPSIR (drivers, pressures, state, impact and response).
La méthodologie suivra les étapes clés suivantes :

Le (la) consultant(e) aura à faire : o Une revue documentaire. Le consultant devra s'appuyer sur les bases de données, études et analyses existantes provenant d'autres projets ou sources.; o Préparer un plan de travail conjointement avec l’équipe du projet ; o Finaliser la méthodologie de l’étude, la présentation de l’échantillonnage, le développement du guide pour les discussions en groupes (focus groups) et pour les entretiens avec les informateurs clés, et aussi finaliser le questionnaire pour les données quantitatives. Il est important de comprendre et d'obtenir les points de vue des acteurs clés dans chaque contexte, tels que les chefs de village, les femmes leaders ou le personnel clé des autorités gouvernementales locales. L'étude de base doit au moins inclure : Une enquête sur les ménages o La méthodologie devra être validée par l’équipe du projet.

Travail de terrain . Le travail de terrain aura lieu dans les cinq chefferies ciblées par le projet, ou dans un échantillon représentatif de la population et du contexte des localités ciblées. Durant le travail de terrain et avec l’appui de l’équipe du projet le consultant aura à :

  • Former les enquêteurs et rapporteurs
  • Organiser le test du questionnaire ;
  • Superviser la collecte de données ;
  • Trianguler les données ;
  • Conduire les discussions des focus groups. Coordination avec les coordinateurs partenaires du consortium pour obtenir des informations sur les sujets spécifiques et pour s'aligner sur les études pendant la phase de démarrage.

• Analyse de données (interprétation des résultats situés dans le cadre du projet et le contexte, et une compréhension détaillée d’importance/ d’impact des résultats des activités et résultats prévues du projet.)

• Produire un draft du rapport d’analyse

Produire un rapport final, qui prendra en considération les commentaires des membres de l’équipe du projet ainsi que ceux des partenaires de mise en œuvre et fournira des recommandations claires pour la mise en œuvre du projet. Il sera accompagné d’une mise à jour du cadre logique avec les données de base liés aux indicateurs dont les cibles dépendent de l’étude de base, avec une proposition de cibles à atteindre à mi-parcours et à la fin du projet. L’équipe du projet y compris le chef de projet, le chargé du contrôle qualité et le chargé de suivi et évaluation de ZOA accompagneront le (la) consultant (e) dans la mise en œuvre de toutes ces tâches.
 Au-delà de ces principes et étapes méthodologiques généraux, ZOA et l’équipe de projet sont aussi ouvertes à des propositions de méthodologies innovantes. Les données doivent être géo référencées. L'utilisation d'outils TIC innovants pour la collecte et l'analyse des données est encouragée.

Cartographie et observations structurées pour analyser les dynamiques de marché existantes en relation avec les interventions proposées en matière de moyens de subsistance et d'opportunités d'emploi, car il s'agit du domaine clé de la littérature d'intervention, des études, etc.

Chronogramme

L’étude va avoir lieu au courant des mois de novembre et décembre 2021. Le (la) consultant(e) soumettra un plan de travail avec les dates spécifiques qui seront validées par l’équipe du projet avant le début effectif de la consultance. Une première restitution des résultats bruts sera organisée au retour de la collecte de données sur terrain en faveur de l’équipe de projet et des partenaires de mise en œuvre.

Un draft du rapport sera soumis à la fin de la collecte de données et ZOA aura un maximum de deux semaines pour donner ses commentaires. Le rapport final devra prendre en compte ces commentaires. Une restitution finale des résultats de l’étude de base sera organisée à profit des équipes de projet, des partenaires et de tous les acteurs concernés.

Rapport final

Le rapport final aura un maximum de 25 pages (moins les annexes), et il aura les sections suivantes :

    • Résumé exécutif
    • Introduction
    • Contexte (description du projet)
    • Objectifs
    • Méthodologie et ses limites
    • Les résultats clés et analyses compréhensives
    • Conclusions et recommandations

Produits livrables

  • Rapport de démarrage avec plan de travail et méthodologie détaillée
  • Rapport brouillon (anglais et français)
  • Rapport final (anglais et français)
  • Sommaire du rapport non technique pour la distribution entre parties prenantes locales.

Compétences requises

Le consultant principal est titulaire d'un master en Agronomie, en Economie rurale, en Etudes du développement, en administration publique ou commerciale, en statistiques, en sciences politiques ou en sciences sociales.  

  • Être légalement établi en RDC
  • Minimum de 10 ans d'expérience
  • Minimum de 4 études similaires en Afrique
  • Connaissance du développement rural au N Kivu et au S Kivu.
  • Avoir l’expertise dans les sujets d’étude
  • Avoir une expertise des approches sensibles au genre, inclusives et aux conflits et de durabilité environnementale.
  • Langues : Français, swahili, anglais

Procédure de recrutement

Le document de proposition du prestataire devra comprendre (en version électronique) :

* Une offre technique comprenant les présentations suivantes :

  • La Compréhension de la mission et commentaires éventuels sur les TDR ;
  • Le descriptif de la réalisation des différentes tâches (méthodologie, contenu,….) ;
  • La proposition de calendrier de réalisation détaillé.

* Une offre financière comprenant les éléments suivants :

  • Les détails des hommes jours par activité ;
  • Ventilation des honoraires, coûts spécifiques, et coûts administratifs, avec les détails de coûts unitaires et quantité pour les coûts des missions et le détail des tarifs doit apparaître ;

* Coordonnées bancaires pour les paiements ;
* Une présentation du Consultant (domaine d’action, principales références, expériences de contrats analogues et conditions semblables…) ;
La copie de la carte d’identité et les attestations de services rendus(y inclus 3 références professionnelles) 

  • Le dossier sera envoyé à l’adresse email ci-après : [email protected] avant le 25 octobre 2021à 12h00 en indiquant le poste et son code comme sujet du mail ;
  • Et/ ou Déposé en physique aux bureaux de ZOA Bukavu et Goma, sis respectivement au n°80 sur l’avenue du Gouverneur / Bukavu et/ou au n° 10 Sur l’avenue des orchidées / Goma.

Cliquez ici pour télécharger le document complet - MS Word

Seuls les candidats sélectionnés seront contactés pour participer à la procédure de recrutement (interview).  Les dossiers ne correspondant pas au profil ci-dessus ne seront pas considérés.

Contact

Société : ZOA

Site Internet :

Email :

Contexte et mission : DIMENSIONS : Communique largement avec le personnel interne Oxfam, les partenaires, également avec les contacts externes / auditoires cibles pour soutenir le travail opérationnel Avec le…